26 février 2011

Je rattrape mon retard

Prenons possession des lieux. Il fait beau, on va vers Camberwell, on maîtrise, pour remplir le frigo au marché. On prévoit un petit barbecue au plus vite. Un petit marché couvert, mais on y trouve suffisamment de choses pour être satisfaites toutes les deux de nos achats de viande à barbecueter.

1821

Fleur parmi les fleurs, j’ai pris mon cabas Marimmeko en tenue de camouflage, et ça marche super bien, du coup de suis floue, on ne me voit même plus au milieu des fleurs. Pas vrai ? Si, très vrai.

Ensuite, direction la ville en train, sur le chemin, c’est tout de même très étrange, une façade avec rien derrière, des tags, les petits passages melbournois en sont couverts.

2326

Swanston Street, la commerçante, on passe devant le micro Chinatown…

2728

Puis on va au grand centre commercial devant lequel des jumelles maléfiques sévissaient l’année dernière – z’avez qu’à suivre – mais elles ont disparu cette année, quelqu’un a dû les éliminer, qu’il en soit remercié.

On cherche le food court. On le trouve, et on va donc manger en face, sur l’herbe devant la librairie. Ou bibliothèque, je sais plus. C’est pareil. Trop de bilinguisme, c’est terrible.

2930

Avant de poursuivre nos aventures, on s’arrête dans un lieu saint. Et on trouve le Graal. Enfin, on doit l’acheter, mais à un prix raisonnable, pour le Graal.

24

19

 

Ensuite, comme on est des grosses feignasses, on reprend le tramway pour le jardin botanique (il s’appelle pas comme ça en anglais, mais je traduis, c’est plus facile à suivre pour vous comme ça, vous n’auriez jamais deviné ce que Botanic Gardens veut dire.)

 

C’est très vert, comme jamais, il faut dire qu’après des années de sécheresse épouvantable, enfin, hosanna alléluia, la pluie est arrivée. Enfin, hosanna alléluia moyen bof, quand même, c’est bien, le soleil aussi. Parce que du coup, on n’est presque pas allées à la plage et on va avoir un bronzage agricole abominable, si ça continue comme ça.

 

2031

33Glander dans le parc, c’est agréable. Quand des groupes de touristes asiatiques viennent s’installer presque sur nos genoux en hurlant alors que le parc est gigantesque et à moitié désert, ça l’est beaucoup moins. Quelques coups d’œil assassins suffisent à les faire fuir, la force de la pensée, c’est beau, quand même.

On bouquine tranquillement en faisant à moitié la sieste – là, je parle pour moi – quand tout à coup un sale piaf genre poule d’eau vient me mordre les pieds. Après la technologie qui me lâche, c’est la nature qui m’attaque. Et une dizaine de poulets rejoignent le premier et me regardent bizarrement, allez, Magali, on s’en va, hein ?

On va voir les autres animaux du parc. Cygnes noirs, canards, anguilles (enfin, il paraît, j’en ai pas vu) et tortues d’eau gigantesques. Enfn, assez grandes. Plus grandes que les tortues d’aquarium.

3436

On revient vers la ville, et même plus haut sur Lygon street, pour aller manger un morceau dans un restaurant australien recommandé par le Baedeker de Magali. Mais il est un peu tôt pour manger, et surtout, il n’y a pas de table dehors, alors on réserve pour dans une heure et on file picoler en terrasse d’un bar, plus loin.

2537

Je ne comprends pas pourquoi j’ai cet air dégoûté, le vin était très bon.

Quand on retourne au restaurant, dont j’ai oublié le nom, évidemment, faudrait pas en plus être précis, non ?, il y a une table dehors, alors on s’y installe, on continue à boire de l’excellent vin, si excellent que je ne sais plus ce que j’ai mangé. Mais ce n’est pas la faute du vin, c’est parce que c’était la pleine lune.

38

La suite ! Déjà !

43

 

Le lendemain se poursuit sur le même thème : le marché. Mais là, on voit les choses en grand et on va au Victoria Market, le plus grand marché couvert du monde, si, c’est le guide qui le dit, alors ça doit être vrai. En plus, c’est très pratique, il y a des quartiers à thèmes : boucherie et poissonnerie ensemble, fruits et légumes, delicatessen, merdes pour touristes… bio, dont le vin.

 

 

4439

Magali est impressionnée par le stand de saucisses, et pourtant elle s’y connaît, elle vit à Berlin.

On file au food court, moyen, que des trucs chauds, et souvent frits, alors je prends des pancakes, miam.

4546

On parcourt les allées, tranquillement, en comparant tous les prix, on a promis de faire des crêpes chez Peter et Sue le samedi soir, et on veut acheter des fruits rouges, et bleus, d’ailleurs, aussi, le meilleur marché possible.

4748

Pour les œufs, on est tentées d’acheter directement la poule, ça finira par être moins cher à l’usage, mais comme on veut continuer à se promener, on renonce, la mort dans l’âme.

Pourtant, ils sont mignons, les poussins, et on trouve même des lits pour animaux sur lesquels nos poules auraient été très confortablement installées…

4950

Retour sur les bords de la Yarra, en passant par les petits passages qui font raccourci pour voir si Sam est là au Number 5 café, mais il n’est pas là, zut, il faudra revenir. On glande un peu, ça nous a fatiguées, tout ça. On passe une bonne partie de l’après-midi à admirer les rameurs.

5152

Ça donne soif, tout cet exercice. Alors sur la Southbank, on choisit un bar-pub bondé avec terrasse fumeurs et on s’en jette un petit avant de rentrer faire notre barbecue.

4253

Alors, Jo, chez qui nous habitons, a laissé un guide d’instructions de sa baraque qui fait bien 45 pages, mais heureusement BBQ est sur la première. Sinon on aurait peut-être renoncé, allez savoir.

5455

Je surveille la cuisson, c’est un barbecue à gaz, il n’y a rien à faire, c’est trop facile, c’est pas du vrai barbecue. Mais Magali, qui mange la viande rouge, n’a pas complètement confiance et par vérifier elle-même que je ne carbonise pas son steak.

5758

Ensuite, on mange, en buvant un peu aussi, un bien bon repas ma foi.

C'était vraiment très intéressant.

La suite, très vite, dans la vraie vie, on est à Sydney dans notre nouvelle maison de trois étages avec jardin devant et derrière, pub au coin de la rue, en plein Paddington, pas mal... et en plus il y a Internet, wifi, qui marche !!! Et comme j'ai déjà préparé une autre page à l'aéroport, ne reste qu'à insérer les photos, ce sera sûrement demain.

 

Posté par bielane à 13:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Je rattrape mon retard

Nouveau commentaire