Aventures autour du monde

15 mars 2011

Premiers jours à Sydney

CocktailOn arrive le vendredi en fin d’après-midi à Sydney, et Nicole vient nous chercher à l’aéroport, c’est bien sympa, déjà que Peter était venu me chercher à Melbourne, c’est pas à Paris que ça arriverait, pour sûr. Enfin…

Le soir, on va au Rum Diaries avec Linda et Nicole - tu te souviens, Isa ? - , on mange de bons tapas – il faut que j’apprenne à faire le confit d’ail, j’adore – et on boit de délicieux cocktails. Pas pris mojito, le serveur m’a dit que c’était boring. Alors j’ai dû prendre un zombie. Et en dessert, puisque c’était mon anniversaire la veille, le resto nous offre le gâteau au chocolat et mes copines m’offrent un blazer, un cocktail de la mort qui tue délicieux.

Deux nuits chez Nicole, on n’a notre maison à Paddington que le dimanche matin, il me semble, mais il faut que j’essaie de me rappeler, et c’est dur.

BronteBronte_2

Le samedi matin, zou, matinée à la plage. A Bronte, c’est à deux pas de chez Nicole, elle y va le matin avant d’aller travailler, c’est dur, la vie à Sydney.

On admire les life savers et les surfeurs…

Life_saversLes life savers admirent les baigneuses…

Life_savers_2On joue dans les vagues…

Vagues_2Et puis on rentre, ça suffit, trop de soleil, c’est intenable.

Mais on ressort. Si, parfaitement, c’est toujours le matin. Incroyable le nombre de choses qu’on peut faire en une matinée quand c’est l’été. Dingue.

Paddington_market_lettresOn va donc au marché de Paddington, évidemment, puisque c’est samedi. J’achète des trucs et des machins, forcément. On y mange, puis j’ai un gros trou. Oh, non, comment oublier ? Michelle, of course, et la pédicure de folie. Puis Bondi en fin d’après-midi, plage again.

Puis apéro chez Nicole. A moins qu’on ait pris l’apéro chez elle le dimanche, mais après tout, quelle importance ? D’ailleurs, si ça se trouve, les photo de vagues et de life savers sont prises de Bondi et non Bronte. Et si ça se trouve aussi, c’était le dimanche et pas le samedi. Et toc. Comme il a fait beau tous les jours et qu’on est allées à diverses plages pratiquement tous les jours, c’est dur de se rappeler.

Ap_roAp_ro_moi

Sur le toit terrasse, bien sûr, et au champagne. Enfin, sparkling australien.

Lori_2Et on a droit à un ballet de lorikeets. C’est hyper courant ici, genre moineau, ils sont blasés. Même le chat de l’immeuble s’en fiche grave de chez grave.

MoumouneLoris

Et le traditionnel autoportrait...

Ap_ro_NicoleDimanche, on est aussi allées au marché à Bondi, on a vu Gabriella, on a acheté des trucs et des machins. On est allées dans notre maison de Paddington.

Maison_SydneyPerdu dans les arbres, au bout d’une ruelle extrêmement pentue, comme chez moi, ça me dépayse pas trop. Au coin, un pub hyper connu paraît-il.

PubOn s’installe et puis c’est tout. Le lendemain à l’aube, à l’heure où blanchit la campagne, Florence et toute sa nombreuse famille arrivent, je vais les chercher à l’aéroport. Parce que je suis comme ça. Pas comme à Paris où personne vient vous chercher à l’aéroport. Je dis ça, je dis rien. Mais n'en pense pas moins.

 

Posté par bielane à 06:13 - Commentaires [3] - Permalien [#]


10 mars 2011

Melbourne bits and pieces

Ben oui, j'ai d'autres trucs, et je sais pas où les mettre.

A Melbourne, on a aussi vu des Vélibs locaux.

V_lo

Seul léger problème : le casque est obligatoire. Mais non fourni. Il faut donc se promener avec son casque, pratique. Pas de vélo pour nous. De toute façon, godiche comme je suis, je me serais vautrée en coinçant une roue dans un rail de tramway. Déjà fait à Genève et à Paris. Non merci.

On est aussi allées au café Numéro 5 de Sam, fallait suivre, j'ai la flemme de vous expliquer qui c'est.

Num_ro_5Caf_

Et on s'est fait offrir un café, trop sympa.

On a aussi vu un wagon de tramway transformé en resto, j'ai revu mon fond d'écran en vraiment très grand...

Tramway_dinerMosa_que

On a vu des jolis vieux batiments, des moins jolis, des moins vieux...

Melbroune_old_and_newH_tel_Brunswick

On est allées faire du shopping Brunswick Street, où il y a plein de boutiques comme j'aime - et à propos, Magali, j'ai bien acheté l'apron à fleurs (désolée, je ne trouve plus mes mots en français, à le bilinguisme, c'est formidable) -, kitsch à souhait.

Chat_fen_treBrunswick_jardin

Et on est aussi obligées de s'arrêter à un café alors qu'on n'a pas soif, pour aller aux toilettes. Dingue, un pays où il y a des toilettes à tous les coins de rue, sauf dans cette rue-là, et sauf quand on en a besoin. Parce qu'on est pas des pisse-trois-gouttes comme certains, que je ne citerai pas, suivez mon regard.

On a aussi mangé sain.

D_jeuner_healthy

Et on a aussi fêté mon anniversaire avec Sue, Peter, Jillian, Gilles, Isabelle et même Louis, mais pas de photo, c'était au restaurant puis chez Peter et Sue, et c'était si bien qu'on a oublié de prendre des photos. Trop occupées à s'amuser, à boire, à discuter.

Et le lendemain de ce jour merveilleux, qui devrait être férié, on est parties pour Sydney.

Ah, j'ai bien avancé, aujourd'hui.

Posté par bielane à 12:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Great Ocean Road

Là, pour être sûres, on a loué une voiture. Stressant de conduire à Malbourne avec tous les tramways. Heureusement, on est bien vite sur la côte. Enfin, quand je dis bien vite, je le pense pas vraiment, c'est juste que j'ai pas de photo et que c'est pas bien intéressant, l'autoroute.

Place_Ocean_RoadEntr_e_GOR

Alors bon, un peu d'histoire, mais je pense déjà l'avoir fait la pemière année, il faut suivre, un peu. La route a été construite dans les années 20, pour occuper les vétérans de la guerre de 14 qui étaient désœuvrés. En gros.

On s'arrête à Lorne. Enfin, Lorne, je crois qu'on a passé une faille spatiotemporelle et qu'on est en Bretagne.

Bretagne

Mais non, c'est bien l'Australie, il y a même un monument aux morts pour Dominique, c'est la guerre 14-19, chez eux, ils se sont fait avoir dans les Balkans, les pauvres.

Monment_morts14_19

Fin de la page d'histoire. On continue la route, mais cette fois, Magali a pris le volant. C'est décidé, je ne voyagerai plus qu'avec des gens qui ont le permis et qui conduisent. (Sauf Olivier, peut-être, il sait lire une carte, c'est un garçon, il a pas besoin de la retourner. C'est un plus.)

Magali_conduit

Y a plein de travaux sur la route, on s'arrete tout le temps pour laisser passer l'autre coté, mais c'est pas bien grave, parce que c'est beau. Parfaitement. Et comme ça, on peut contempler tranquillement l'océan. Et les maisons des milliardaires du coin.

Route_OceanMaison_GOR

J'essaie de me souvenir où on avait vu des vrais koalas... C'est par là, j'en suis sûre. Je reconnais, incroyable, et je regarde en l'air - en toute sécurité, je ne conduis pas ! - et je vois des taches qui ne sont pas des boules de gui, non, non, je vous jure. Preuve à l'appui.

Vrai_K

C'est quand même nettement moins beau qu'un wombat. En plus, ça dort tout le temps, ça a deux neurones, c'est agressif quand c'est réveillé... Passons.

On s'arrête à Apollo Bay, c'est pile l'heure de déjeuner, ça tombe bien.

D_jeuner

Miam.

Ensuite, on va digérer sur le port, qui est très joli, si, si, pas du tout marina de touristes. Des vrais pêcheurs, des vrais cormorans. Enfin, je crois, j'y connais rien en piafs.

Port_Appolo_BayCormorans

Puis on retourne à la voiture par la plage, parce que c'est joli aussi, même s'il ne fait pas très très chaud, à cause du vent du sud, qui est froid, parce qu'on est dans l'hémisphère sud et que tout marche à l'envers, y compris les vents.

Plage_Apollo_Bay_MagaliAppolo_Bay

Et on continue encore, parce que c'est encore loin, les Douze Apôtres. Mais on s'arrête quand même dans la forêt. C'est la forêt où s'arrêtait un type, jadis, et donc elle porte le nom du type, mais j'avais mal noté quand Peter m'en avait parlé. Alors je ne me lève même pas de mon lit où j'écris cette page pour aller voir le nom, c'est inutile puisque non fiable.

For_t_1For_t_2

Il fait super beau, en plus. D'habitude, les forêts, ça rend rien en photo, là je trouve ça super joli, il y a plein de verts différents, oh...

For_t_3For_t_4

Oh, qu'ils sont hauts, les arbres. Enfin, certains. Allez, zou, on repart, c'est que c'est encore loin, les Apôtres.

On y arrive enfin, il fait toujours très beau, il y a du monde mais pas trop, tout va bien. Mais il faut rester sur le chemin, sinon on meurt. Dans d'atroces souffrances.

AttentionApotre_cach_

Mais à l'heure qu'il est, fin d'après-midi, le soleil est pile à l'ouest - eh oui, là, c'est pareil - et donc les photos sont à contrejour, mais tant pis. Comptons ensemble.

Ap_tres_combienAp_tres_deux

Même avec les un peu cachés, je vous jure, ils sont pas douze. On fait un joli autoportrait de nous eux, mais un touriste tient à nous prendre, il craint que l'autoportrait soit raté, il ne sait pas qu'on est super douées en autoportraits, et d'ailleurs notre essai est plus réussi que le sien, sur notre photo, au moins, on voit quelques apôtres.

Autoportrait_ApostlesPortrait_Apostles

On fait le tour, on compte et recompte, mais à moins de compter les éboulis, il y en a tout juste une dizaine. Et si on compte les éboulis, il y en a vingt-cinq, au bas mot. Trop compliqué, j'ai mal à la tête.

Ap_tre_tomb_Ap_tre_cass_

Voilà. On rentre, maintenant. Heureusement, il y a des panneaux partout sur la route - à chaque sortie d'aire, en fait - pour nous rappeler de quel côté rouler. On obéit et on rentre entières. Mais sans voir de kangourous, sales bêtes.

Drive_left

Posté par bielane à 12:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Début de semaine laborieux

Alors, lundi et mardi, d'une semaine passée, je ne sais plus quand, mais c'est passé, ouf, furent des journées relativement galère. Je décide le lundi de rester travailler pendant que Magali va se promener. Mais en bonne feignasse, je propose de prendre la voiture pour l'emmener à la gare, et du coup, j'en profiterai pour prendre un petit café.

Voiture

Mais voilà t'y pas que la vilaine refuse de démarrer. Batterie ? Pourtant, je n'ai pas laissé les phares allumés. Juré, j'ai rien fait. Bon, nions le problème - ce que je fais de mieux - et partons quand même, à pied, prendre train et café.

Je demande un flat white et un cake. Oui, le cake, là, le petit. Le "friand", me dit la vendeuse. Ben non, désolée, c'est pas un friand. C'est pas la peine de la ramener avec leur français qui fait chic. Pourquoi pas une bouchée à la reine, tant qu'ils y sont. N'importe quoi, je vous laisse juges.

Friand

Enfin, c'est bon quand même. Je rentre travailler, puis je sors quand même, je fais un tour au musée, c'est gratuit, et à la boutique du musée, c'est déjà moins gratuit... Promenade en ville et retour au bercail. Ou quelque chose du genre.

Cheveux

Et le mardi, je tente de trouver une solution pour la voiture pendant que Magali est allée au musée d'art moderne en plein air, en train, pour le coup. Au garage d'à côté, ils disent qu'ils ne peuvent rien faire. J'appelle le numéro sur le pare-brise de la voiture, j'attends le réparateur. C'est pas la batterie, c'est le starter. Ouf, d'un sens, j'y suis vraiment pour rien. Pas compliqué, pour démarrer, il faut donner un coup de marteau dans le moteur. Fastoche.

Je passe une bonne partie de la journée au téléphone, à engueuler BigPond - j'aurai jamais Internet à Melbourne, quelle gourdasse, ma logeuse, d'installer Internet chez elle à deux jours de son départ ! -, à demander à Peter et Sue ce que je dois faire de la voiture, à rappeler les dépanneurs pour qu'ils passent remorquer la voiture jusqu'au garage. Pff... Journée de merde. Du coup, quand Magali rentre, je suis d'humeur de dogue, et pour se changer les idées, on part en ville, à la Movida, boire du vin et manger des tapas. Chers, mais bons.

Movida

C'est ma semaine d'anniversaire, oui ou zut ?

Posté par bielane à 10:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

03 mars 2011

Beware

Bon, rien à bloguer pour cause d'oubli de câble d'appareil photo à Melbourne pour transférer les photos.

Mais un message important : la fin du monde est proche ! Et pas en décembre 2012, non, bien avant !

Judgment_Day

Bref, soyez patients.

Posté par bielane à 14:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 février 2011

Hips

Dimanche, on prend notre nouvelle petite voiture et on fonce dans le nord-est de Malbourne, à au moins 80 km/h, pour aller voir les animaux. Pas trop tôt. Healesville Sanctuary, c’est censé être très bien.

7680

Des piafs en veux-tu en voilà, encore… mais je me méfie, pas envie qu’ils me picorent les pieds. J’aime pas trop les piafs, à part ceux-ci…

6982

On joue à cache-cache avec un kangourou… on t’a vu ! Ou à 1,2,3 soleil, mais il perd. Et ça ne fait pas venir le soleil non plus.

7879

Le koala de rigueur…

6877

Mais pas l’ombre d’un wombat, enfin si justement, l’ombre seulement, il est au fond de son terrier et nous snobe, et pas l’ombre d’un diable de Tasmanie, espérons que ce sera mieux à Sydney. Grosse déception. Animal nocturne, est-ce une raison pour se cacher ? Je ne crois pas, non. Surtout que les WQT, pardon platypus, pardon ornithorynques, ne sont pas aussi timides et font un festival de cabrioles aquatiques. Evidemment, nocturne, ça veut dire que vous vous passerez de photo.

Ensuite, direction la Yarra Valley, même si on y est un peu déjà, et les wineries, traduisez vous-mêmes, trop de bilinguisme tue la traduction.

7475

On commence par le domaine Tarrawarra, qui nous a été conseillé par Peter, mais le resto est complet, alors on se contente de goûter le vin. Excellent Pinot noir, le meilleur rouge que j’ai bu en Australie jusqu’à présent, et excellent Chardonnay, pas trop doux, bien.

8485

Joli domaine moderne en haut d’une colline, qui a eu chaud en 2009, mauvaise cuvée, car les incendies qui ont dévasté la région se sont arrêtés à 400 m des vignes. Et ils ont fait exploser les grains de raisin. On n’achète donc pas de la cuvée 2009, mais une autre, de Pinot noir.

867188

Deuxième domaine, un nom italien. Ça va me revenir, surtout si je regarde sur Internet. Il y a un resto aussi, mais c’est complet. On se contente là encore de goûter le vin. Mais avec dégustation de fromage en plus, excellent fromage, ce n’est pas si courant ici, vin bon, mais assez ordinaire.

8973

De Bortoli, ça y est, ça m’est revenu. Bon, puisque le vin est moyen, et je vous assure, on a tout essayé, blancs, rouges, pétillants, même rosés, c’est dire, on se rabat sur une dégustation de muscat, qui est est absolument délicieux. Et hop, une bouteille.

On continue notre balade, jusqu’au domaine Saint-Hubert, c’est plus facile à retenir, on goûte encore plein de choses, dont un excellent Roussane, cépage que je ne connaissais pas, mais je n’y connais rien en cépages, il faut dire, et hop, une bouteille. Là, on n’a pas de photo, à moins qu’elles aient été toutes floues, on ne sait plus. Il me semble tout de même qu’on a repris la voiture et qu’on est rentrées chez nous sans encombre, faut dire que c’était facile, c’était tout droit. Tout droit, mais à gauche, forcément, puisqu’ils conduisent du mauvais côté de la route, ici. Enfin, on a été nettement moins malade que lors de la dernière route des vins.

90Le lendemain, je suis restée travailler à la maison pendant que Magali est allée au Museum, voir Phar Lap, notamment, mais je me suis dit que j’allais profiter de la voiture pour l’emmener à la gare et aller prendre un petit café. Mais la voiture a refusé de démarrer. Bouhouhou. J’ai cru que c’était la batterie. Mais c’était trop tôt, j’ai ignoré le problème et repoussé sa résolution à plus tard.

Voilà pour l’instant. La suite pas tout de suite, parce que comme une andouille, j’ai oublié mon câble d’appareil photo à Melbourne, et là on est à Sydney, et je ne peux donc pas poster les photos. Si c’est pas ballot, d’autant plus qu’ici, on a une connexion Internet potable. Godiche un jour, godiche toujours…

Bon, il y a sûrement plein de fautes, mais je me relis pas, c'est trop fatigant et je suis en vacances, un peu quand même.

Posté par bielane à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Week-end...

6061

Samedi matin, il fait beau, on va à la plage. Mais il y a pas mal de vent, je tiens à dire que ce n’est pas la canicule. Brighton Beach. En train. C’est long. Mais ça vaut le coup, c’est assez joli. Et il y a aussi de l’animation, on peut regarder les véliplanchistes. Ils se débrouillent pas mal, mais ils sont laids, je te jure, Olivier, c’est pas moi qui suis difficile, Magali est d’accord avec moi.

5962

La ville au loin, que je rejoins, car je rentre tôt et j’abandonne Magali, il faut que je travaille juste un petit peu. J’ai déjà facturé le travail, il faut le faire, quand même. Et que je passe une heure au téléphone à engueuler BigPond. Magali me raconte et me montre les jolies cabanes de plage qu’elle a vues…

65

Le soir, on va dîner chez Peter et Sue. C’était très bon, des huîtres, des coquilles saint-Jaques en entrée, de l’agneau ensuite et des crêpes pour finir. D’ailleurs Paul, le jumeau présent ce soir-là, appelle ses potes qui veulent goûter aussi.

6667

On repart avec la voiture de Jonathan, le plus jeune fils qui est en Thaïlande, pour faire la route des vins le lendemain. Hips.

Posté par bielane à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2011

Je rattrape mon retard

Prenons possession des lieux. Il fait beau, on va vers Camberwell, on maîtrise, pour remplir le frigo au marché. On prévoit un petit barbecue au plus vite. Un petit marché couvert, mais on y trouve suffisamment de choses pour être satisfaites toutes les deux de nos achats de viande à barbecueter.

1821

Fleur parmi les fleurs, j’ai pris mon cabas Marimmeko en tenue de camouflage, et ça marche super bien, du coup de suis floue, on ne me voit même plus au milieu des fleurs. Pas vrai ? Si, très vrai.

Ensuite, direction la ville en train, sur le chemin, c’est tout de même très étrange, une façade avec rien derrière, des tags, les petits passages melbournois en sont couverts.

2326

Swanston Street, la commerçante, on passe devant le micro Chinatown…

2728

Puis on va au grand centre commercial devant lequel des jumelles maléfiques sévissaient l’année dernière – z’avez qu’à suivre – mais elles ont disparu cette année, quelqu’un a dû les éliminer, qu’il en soit remercié.

On cherche le food court. On le trouve, et on va donc manger en face, sur l’herbe devant la librairie. Ou bibliothèque, je sais plus. C’est pareil. Trop de bilinguisme, c’est terrible.

2930

Avant de poursuivre nos aventures, on s’arrête dans un lieu saint. Et on trouve le Graal. Enfin, on doit l’acheter, mais à un prix raisonnable, pour le Graal.

24

19

 

Ensuite, comme on est des grosses feignasses, on reprend le tramway pour le jardin botanique (il s’appelle pas comme ça en anglais, mais je traduis, c’est plus facile à suivre pour vous comme ça, vous n’auriez jamais deviné ce que Botanic Gardens veut dire.)

 

C’est très vert, comme jamais, il faut dire qu’après des années de sécheresse épouvantable, enfin, hosanna alléluia, la pluie est arrivée. Enfin, hosanna alléluia moyen bof, quand même, c’est bien, le soleil aussi. Parce que du coup, on n’est presque pas allées à la plage et on va avoir un bronzage agricole abominable, si ça continue comme ça.

 

2031

33Glander dans le parc, c’est agréable. Quand des groupes de touristes asiatiques viennent s’installer presque sur nos genoux en hurlant alors que le parc est gigantesque et à moitié désert, ça l’est beaucoup moins. Quelques coups d’œil assassins suffisent à les faire fuir, la force de la pensée, c’est beau, quand même.

On bouquine tranquillement en faisant à moitié la sieste – là, je parle pour moi – quand tout à coup un sale piaf genre poule d’eau vient me mordre les pieds. Après la technologie qui me lâche, c’est la nature qui m’attaque. Et une dizaine de poulets rejoignent le premier et me regardent bizarrement, allez, Magali, on s’en va, hein ?

On va voir les autres animaux du parc. Cygnes noirs, canards, anguilles (enfin, il paraît, j’en ai pas vu) et tortues d’eau gigantesques. Enfn, assez grandes. Plus grandes que les tortues d’aquarium.

3436

On revient vers la ville, et même plus haut sur Lygon street, pour aller manger un morceau dans un restaurant australien recommandé par le Baedeker de Magali. Mais il est un peu tôt pour manger, et surtout, il n’y a pas de table dehors, alors on réserve pour dans une heure et on file picoler en terrasse d’un bar, plus loin.

2537

Je ne comprends pas pourquoi j’ai cet air dégoûté, le vin était très bon.

Quand on retourne au restaurant, dont j’ai oublié le nom, évidemment, faudrait pas en plus être précis, non ?, il y a une table dehors, alors on s’y installe, on continue à boire de l’excellent vin, si excellent que je ne sais plus ce que j’ai mangé. Mais ce n’est pas la faute du vin, c’est parce que c’était la pleine lune.

38

La suite ! Déjà !

43

 

Le lendemain se poursuit sur le même thème : le marché. Mais là, on voit les choses en grand et on va au Victoria Market, le plus grand marché couvert du monde, si, c’est le guide qui le dit, alors ça doit être vrai. En plus, c’est très pratique, il y a des quartiers à thèmes : boucherie et poissonnerie ensemble, fruits et légumes, delicatessen, merdes pour touristes… bio, dont le vin.

 

 

4439

Magali est impressionnée par le stand de saucisses, et pourtant elle s’y connaît, elle vit à Berlin.

On file au food court, moyen, que des trucs chauds, et souvent frits, alors je prends des pancakes, miam.

4546

On parcourt les allées, tranquillement, en comparant tous les prix, on a promis de faire des crêpes chez Peter et Sue le samedi soir, et on veut acheter des fruits rouges, et bleus, d’ailleurs, aussi, le meilleur marché possible.

4748

Pour les œufs, on est tentées d’acheter directement la poule, ça finira par être moins cher à l’usage, mais comme on veut continuer à se promener, on renonce, la mort dans l’âme.

Pourtant, ils sont mignons, les poussins, et on trouve même des lits pour animaux sur lesquels nos poules auraient été très confortablement installées…

4950

Retour sur les bords de la Yarra, en passant par les petits passages qui font raccourci pour voir si Sam est là au Number 5 café, mais il n’est pas là, zut, il faudra revenir. On glande un peu, ça nous a fatiguées, tout ça. On passe une bonne partie de l’après-midi à admirer les rameurs.

5152

Ça donne soif, tout cet exercice. Alors sur la Southbank, on choisit un bar-pub bondé avec terrasse fumeurs et on s’en jette un petit avant de rentrer faire notre barbecue.

4253

Alors, Jo, chez qui nous habitons, a laissé un guide d’instructions de sa baraque qui fait bien 45 pages, mais heureusement BBQ est sur la première. Sinon on aurait peut-être renoncé, allez savoir.

5455

Je surveille la cuisson, c’est un barbecue à gaz, il n’y a rien à faire, c’est trop facile, c’est pas du vrai barbecue. Mais Magali, qui mange la viande rouge, n’a pas complètement confiance et par vérifier elle-même que je ne carbonise pas son steak.

5758

Ensuite, on mange, en buvant un peu aussi, un bien bon repas ma foi.

C'était vraiment très intéressant.

La suite, très vite, dans la vraie vie, on est à Sydney dans notre nouvelle maison de trois étages avec jardin devant et derrière, pub au coin de la rue, en plein Paddington, pas mal... et en plus il y a Internet, wifi, qui marche !!! Et comme j'ai déjà préparé une autre page à l'aéroport, ne reste qu'à insérer les photos, ce sera sûrement demain.

 

Posté par bielane à 13:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 février 2011

Ça commence

Magali est arrivée le lundi soir tard, je l'ai accueillie avec une bouteille de sauvignon blanc, parfait pour commencer l'été.
Notre quartier, plus oiu moins, là où on va prendre le train....

910

Ça va. Faut marcher un peu beaucoup, j'ai mal aux pieds, le passage des Docs aux tongs a été un petit peu violent.
Qu'est-ce qu'on a fait le premier jour ensemble ?
On est allées sur les Docklands fantômes, y a presque pas un rat. Mais ce sera sûrement sympa un jour, hein.

211

Bon, les photos sont petites, mais je les ai vachement réduites, j'ai une connexion de merde, je vous ai pas dit ? Enfin, surtout, la nana avec qui je fais l'échange, en plus d'être une folle qui étiquette tout chez elle (même le grille-pain a une étiquette "toaster", faudra que je montre ça à l'occasion), est totalement inconséquente et a cherché à installer Internet chez elle la veille de son départ pour la France, alors que j'avais clairement spécifié qu'il me fallait Internet et de quoi télécharger mes vidéos pour bosser. Mais bon... je chergerai à mort à Sydney, si j'ai une connexion décente.
Sur les quais déserts, on voit un joli trois mâts, hisse et ho...

46

Z'avez qu'à tourner la tête, dans "aperçu", il est comme il faut, mais ça marche pas, je suis maudite avec les machines, je ne cherche pas à comprendre, ça me fatigue d'avance, et c'est mon anniversaire aujourd'hui alors je ne me laisserai pas contrarier. Non mais.
5Alors, ça devait être devant l'Exhibition Centre, en gros, devant la Porte de Versailles, voyez ?
Et puis après, comme il faisait plutôt pas trop mauvais, on a décidé d'aller à la plage vers Saint-Kilda, en prenant le tramway, mais bien sûr évidemment, les nuages sont arrivés, je vous jure, pff, c'est comment qu'on va bronzer et faire des jaloux à notre retour (unique raison du séjour aux antipodes !).
Bref, la plage. Que je jette un œil à mes photos, c'est laborieux.
Mais d'abord le tram, suis-je bête.
Ou le tram et la plage, tiens, comme ça, ça fera deux photos côte à côte et puis ce sera plus joli. Plage portuaire, hein, z'êtes habitués, Melbourne, c'est pas aussi photogénique que Sydney.

1213

Bon, voilà, voilà. Magali va goûter l'eau, pas moi, je sais déjà qu'elle est froide.
Qu'est-ce que je disais, elle revient dépitée.

78

Bon, l'orage menace, on a même reçu quelques gouttes, il ne fait pas si beau que ça ici, ne soyez pas trop jaloux.
14
Alors re-tramway, arrêt à un joli bar-café de la Saint-Kilda Road... Magali qui est une pochtrone de la pire espèce boit un verre de blanc, et moi un café.

1516

Je suis toujours aussi photogénique, c'est formidable. Parce que je sais que je suis belle, en vrai.
Retour à Federation Square avant Flinders Station qui nous ramène chez nous, il y a le Wifi gratuit paraît-il, lors j'essaie, parce que je sais pas si je vous l'ai dit, mais j'ai es petits soucis d'Internet.

17

C'est dur, la life ici aussi. Je sens que ma facture téléphonique va me coûter un bras, ce mois-ci.
On rentre, au passage, on prend du thai à emporter, dommage, ils ne délivrent pas à la maison, c'est seulement du take-away.
Ouais, je sais, je suis bilingue et quasi ready à bosser pour essedéaïe.
Page moyenne, mais bon, faut que je rattrape mon retard vite fait mal fait, parce que Sydney arrive à grands pas, on part demain, Florence arrive lundi matin et là, on va pas arrêter. Encore.

Posté par bielane à 06:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 février 2011

Australie again

Bon, je m'y mets vite fait.
Je suis partie de Roissy à l'heure où blanchit a campagne, évidemment, par une température tout à fait clémente.
Roissy
J'ai pris l'avion pendant des heures, d'abord pour Londres, puis passage à Hong Kong où j'ai pu acheter des clopes pas chères (qui partent à une vitesse !), en fumer une petite dans une salle absolument charmante de10 mètres carrés de verre qui sentait bon la rose et le jasmin, avec un peu - beaucoup - d'imagination.
Oh, on voit l'avion que je vais reprendre pour des heures et des heures pour Melbourne.
HK
Y avait des films pas terribles. J'ai vu... L'Arbre, ça se passe en Australie. La bêtise avec Robert Downer Jr et JAck Galafiniakis (ou un truc du genre), pas terrible, et pourtant j'aime les merdes américaines, et puis un film de SF pas mal, Monsters ?? et sinon je ne me souviens de rien, ce qui est étonnant car je n'oublie jamais rien, nombreux sont ceux qui pourront confirmer.
Puis je suis arrivée à Melbourne à pas d'heure. Peter m'attendait. Mais moi, j'attendais ma valise, qui n'est jamais arrivée, car l'idiote a préféré rester à Londres.
Je suis donc allée chez Peter et Sue, avec un kit de survie généreusement offert par Qantas, je vous montrerai à l'occasion le pyjama hyper sexy que j'avais, mais à l'occasion seulement, faut pas déconner non plus.
C'était l'anniversaire de Sue qui ne m'avait rien dit, zut, je n'avais rien, mais j'ai vu ton tonton et ta cousine, Delphine.
J'ai dormi là, heureusement, j'ai pu ainsi avoir des fringues propres à me mettre sur le dos grâce à Sue, parce que bon, le pyjama de survie a ses limites.
Aucune photo, je crains.
Le lendemain, balade à Port Melbourne, sympa, un petit café (ou de l'alcool, je sais plus), retour à la maison, toujours pas de valise. Elle est arrivée tard et j'ai donc aussi dormi là le dimanche soir. Et je sens que je vais m'endormir, dieu que ce que je raconte est intéressant. Rrrrrrron........
Bon, lundi, dans ma maison ! Jolie avec un jardin, mais pas d'Internet, une heure au téléphone à engueuler BigPond (comme aujourd'hui d'ailleurs, je crois que je vais renoncer).
Je poste juste ça pour voir si ça marche avec ma clé Vodaphone 3G... car aujourd'hui je suis bloquée à la maison, la voiture prêtée par Peter et Sue ne marche pas, problème de starter, j'attends la dépanneuse. Et mon mobile phone ne marche pas. Et Internet de la maison non plus. Et le téléphone de la maison moyen bof, ça coupe au bout d'une demi-heure avec BigPond (ou ils se servent de cette excuse pour se débarrasser de moi, possible).
Et la clé 3G ne marche que du côté Mac, ce qui prouve encore la supériorité de Mac sur PC, mais quitte à être bloquée ici, je vais travailler un peu, côté PC hélas, mais j'essaierai peut-être de faire une page de blog avec des photos, enfin, au moins de la préparer.
Voilà.

Posté par bielane à 03:31 - - Commentaires [3] - Permalien [#]